477 Lectures

Il abandonne son smartphone pour revenir au tambour mais ça ne marche pas

Membre de la ligue des nationalistes africains (LNA), Abdoul Camara a décidé il y a quelques semaines d’abandonner son Iphone 7 pour revenir à des outils de communication « plus africains ». Récit d’un retour aux sources qui tourne au cauchemar.

Partages
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
8
Partages

Membre de la ligue des nationalistes africains (LNA), Abdoul Camara a décidé il y a quelques semaines d’abandonner son Iphone 7 pour revenir à des outils de communication « plus africains ». Récit d’un retour aux sources qui tourne au cauchemar.

Il en avait marre d’utiliser des outils développés par des occidentaux et fabriqués par des chinois. Abdoul a décidé de revenir aux moyens de communication « made in Africa ».

« Je milite depuis des années pour une valorisation des technologies africaines. J’ai toujours trouvé bizarre cette dépendance à des outils aussi éloignés de nos traditions », explique-t-il.

Il y a trois semaines, Abdoul se lance dans un long marathon pour trouver des services typiquement africains qui lui permettraient de s’affranchir de Facebook, Twitter ou encore WhatsApp.

Pour remplacer ses 4623 amis Facebook, il se rend dans le marché de son village et demande à tous les passants qu’il croise d’accepter son amitié et de lui partager leurs photos de profil. Une expérience décevante. « La plupart m’ont pris pour un fou, alors qu’ils m’auraient accepté sur Facebook sans se poser de question », déplore-t-il.

Pour remplacer Twitter, il s’impose des conversations de 140 caractères maximum avec ses copains à l’université. Échec cuisant. Difficile de retrouver les Hashtag, Retweet ou encore les Like.

L’expérience n’est pas plus concluante lorsqu’il essaie de remplacer WhatsApp par un tambour. « Ça a plutôt bien marché au début. J’envoyais plein de messages, mais le problème c’est qu’il est impossible d’envoyer des photos ou des vidéos, cela sans compter le fait qu’un tambour ne peut pas faire de Selfie. Et puis, pour mes copains qui vivent à l’étranger, c’est un peu laborieux de les atteindre avec le son de mon Bendré », explique Abdoul.

Loin de se laisser décourager, Abdoul Camara poursuit sa démarche et espère être rejoint dans sa cause par d’autres africains. Il envisage même de monter une startup qui proposera un Djembé 2.0, capable d’envoyer des messages multimédias cryptés via les ondes courtes.

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
8

Tendance

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous devriez aimer…