in

Contre le terrorisme dans le Sahel, l’Union Africaine propose la prière

L’Union africaine (UA) annonce avoir trouvé une solution originale et efficace contre le terrorisme au Sahel. L’institution africaine réputée pour son efficacité va financer la construction de 3000 églises et mosquées d’ici 2050 pour intensifier les prières.

Au total, ce sont 1500 mosquées et 1500 églises qui seront construites dans la toute la région sahélienne. Il est notamment question de respecter un parfait équilibre entre édifices chrétiens et musulmans. Les animistes et autres vaudous devront attendre 2050 et le lancement d’un appel d’offres spécifique.

Pour Ousmane Gaoul, l’un des porte-paroles de l’UA, il s’agit d’une solution longtemps étudiée et incontestablement efficace.

“Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?”

Ousmane Gaoul Porte-paroles de l’UA.

“Que faire de plus que prier face à ce fléau qui frappe nos pays depuis de longues années?”

Ousmane Gaoul Porte-paroles de l’UA.

L’Union africaine se veut rassurante. Les édifices religieux à construire respecteront à la fois la culture africaine et les règles de construction modernes.

La nouvelle est accueillie diversement au sein des populations concernées. Si certains y voient un bon moyen de se rapprocher du seigneur, d’autres soulignent le fait que cet argent aurait pu être utilisé pour construire des écoles ou des universités. Des critiques que balaie d’un revers de la main Ousmane Gaoul.

“Il n’y a pas que les écoles et les universités dans la vie. Dieu est plus important”, soutient-il.

Ramata Souley Tall

Directrice de publication du magazine State Afrique. Diplômée de la très prestigieuse École des Hautes Études de Journalisme (EHEJ) d’Asmara en Erythrée, je considère que l'information est l'oxygène de la démocratie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La mascotte du CHAN Cameroun 2020 au patrimoine mondial de l’UNESCO

Libye: les esclaves africains demandent à CNN de publier une autre vidéo