in ,

RDC: Une loi en cours d’examen pour vendre le pays au Quatar

Kinshasa's young fashionistas parade the Matonge neighborhood wearing haute couture.

Vendre le pays et distribuer les revenus générés à chaque citoyen ? En république démocratique du Congo (RDC), les discussions sur le projet de loi “Kabola” ont débuté cette semaine à l’Assemblée nationale. Les députés ont cinq jours pour examiner le texte proposé par le ministre de l’économie.

Première du genre, la loi en cours de discussion au palais du peuple de Kinshasa vise à déterminer les modalités d’une vente de toute la superficie du pays. En tête de liste des potentiels acquéreurs: Le Qatar. Le riche émirat voit dans l’achat de cette grande étendue de terre en plein coeur du continent africain un moyen de s’éloigner de l’Arabie Saoudite et de contourner les sanctions économiques que lui imposent ses voisins. Le coût de la transaction n’a pas été dévoilé.

Côté congolais, les revenus ainsi engrangés seront distribués aux citoyens selon un mode de partage à déterminer.

“Chaque citoyen recevra une enveloppe. Ceux qui souhaitent s’installer dans un autre pays pourront ainsi financer les formalités. Ceux qui voudront rester devront en négocier les modalités avec l’acquéreur”, a annoncé Modeste Bahati Lukwebo, ministre congolais de l’économie.

Parmi les soutiens à cette loi, l’Association des Sapeurs Congolais (ASP) estime que chaque congolais a le droit de jouir comme il l’entend des richesses de son pays. “Avec cet argent, la plupart de nos membres espèrent pouvoir s’acheter un bon nombre de costumes Versace et de chaussures Dr Martens. C’est un droit garanti par la Constitution que personne ne peut nous enlever”, soutient Bernardin Mavakala, président de l’association qui regroupe plus de 10 000 membres.

Pour l’Association des Sapeurs Congolais (ASP), l’argent ainsi gagné leur permettra de faire des réserves de vêtements et de chaussures de marque.

Le texte bénéficie dans sa version actuelle d’un large soutien de la Majorité présidentielle. Le groupe parlementaire de l’opposition qui n’est pas fondamentalement opposé au projet pointe néanmoins quelques incohérences liées aux modalités de partage de l’enveloppe.

“La version actuelle du texte exclut par exemple la diaspora. Nous réclamons une plus grande inclusivité dans le partage des revenus de cette vente. Tous les congolais où qu’ils soient devraient recevoir leur enveloppe”, estime Pamphile Mushagalusa, porte-parole de l’opposition.

Mado Kabongo

Correspondante de State Afrique en Afrique Centrale. Diplômée de l'Institut Facultaire des Sciences de l'Information et de la Communication (IFASIC) de Kinshasa, informer est une passion depuis mon enfance. Je cultive une vraie passion pour la politique africaine.

One Ping

  1. Pingback:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Zimbabwe: Robert Mugabe ne s’endort pas en public, il prie

L’armée tchadienne menace “d’en finir avec la Corée du nord”