in

Sénégal: les agents de l’Aéroport Blaise Diagne de Diass en grève

Sénégal: les agents de l'Aéroport Blaise Diagne de Diass en grève
Sénégal: les agents de l'Aéroport Blaise Diagne de Diass en grève

Dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 décembre, les contrôleurs aériens de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna) ont entamé une grève de vingt-quatre heures pour dénoncer leurs conditions de travail dans le tout nouvel aéroport international Blaise Diagne.

Pour les syndicats, cet aéroport inauguré le 7 décembre est trop neuf. Il déstabiliserait les aiguilleurs du ciel, habitués au charme de l’ancien que proposait l’aéroport Léopold-Sédar-Senghor.

Odeur de neuf, carrelages trop luisants, appareils trop modernes, les contrôleurs aériens sénégalais éprouvent des difficultés à s’adapter à ce confort. Ils dénoncent un changement trop brutal, sans période de transition.

“Non à Blaise Diagne, rendez-nous Léopold-Sédar-Senghor”

“La poussière de l’ancien aéroport nous manque. C’est trop propre et trop moderne ici. Qu’on nous rende l’aéroport Léopold-Sédar-Senghor”, réclame Ibrahima Faye, secrétaire général du principal syndicat des contrôleurs aériens.

“L’autre jour, un contrôleur a glissé sur le sol qui était trop lisse et a failli de briser une côte”, ajoute-t-il.

Un mémorandum avec les différentes revendications a été déposé auprès des autorités.

Ramata Souley Tall

Directrice de publication du magazine State Afrique. Diplômée de la très prestigieuse École des Hautes Études de Journalisme (EHEJ) d’Asmara en Erythrée, je considère que l'information est l'oxygène de la démocratie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Guinée: on ne peut pas se retourner dans sa tombe selon des chercheurs

Guinée: on ne peut pas se retourner dans sa tombe selon des chercheurs

Niger: les conducteurs de chameaux protestent contre l’arrivée d’Uber

Niger: les conducteurs de chameaux protestent contre l’arrivée d’Uber